id fausses

 

Qui ne connaît pas quelqu’un qui connaît quelqu’un qui lui a affirmé qu’un tel avait fait ceci ou cela ?

C’est tellement plus facile de colporter des informations non vérifiées que de s’informer.

Alors pour tous les gens qui disent :

« De toute façon les HLM c’est pour les étrangers d’abord ! »

« En France on vit mieux sans travailler » , Ou autre variante « On gagne mieux en étant assisté »

« Quand on veut travailler, on trouve »

Et que sais-je encore, remettons les pendules à l’heure.

Les derniers chiffres de l’Insee sur les conditions de logement en France sont formels : les étrangers représentent 11,8% des locataires du secteur social. Les Français par naturalisation sont, eux, 8,6% et ceux de naissance sont 79,6%. Les Français sont donc largement majoritaires (88,2%). Et si l’on compare avec les données de 1984, on constate que cette proportion est restée quasiment stable : les étrangers locataires du secteur social étaient 12% contre 88% de Français (de naissance et par acquisition confondus). Les revenus sont le premier critère pour attribuer un logement social. En plus de ces plafonds, il existe une liste de personnes prioritaires définies par la loi, mais il n’est jamais question d’étrangers. Ainsi, l’article L441-1 du code de la construction et de l’habitat dispose que les logements sociaux «sont attribués prioritairement aux catégories de personnes suivantes» : les personnes en situation de handicap, celles sortant d’un appartement de coordination thérapeutique, les personnes mal logées ou défavorisées, les personnes rencontrant des difficultés particulières de logement, les victimes de violences conjugales, les personnes hébergées ou logées temporairement ou menacées d’expulsion, les personnes reprenant une activité après une période de chômage de longue durée et enfin celles qui sont exposées à des situations d’habitat indigne. Aucun critère de nationalité, donc. Pour rappel, il faut être en situation régulière pour obtenir un logement social : les sans-papiers ou demandeurs d’asile souvent ciblés par Marine Le Pen n’y ont pas droit. (cf Libération 8 mars 2017)

Quand on a un SMIC ou un peu plus et des enfants on a  droit à la prime d'activité, à l’ aide au logement,  aux allocations familiales ou à la prime de rentrée scolaire, donc  à la plupart des aides que touchent les personnes au RSA.

Ceci dit que ce soit avec un RSA ou  avec un SMIC on ne vit pas bien !  

Et pour la question de trouver un emploi quand on cherche alors là c’est la meilleure. Cela fait des mois que je cherche et je peux témoigner que même quand on veut et bien on ne trouve pas toujours. Et puis les indemnités chômage c’est pas grand-chose (sauf bien entendu pour ceux qui gagnaient énormément, mais ceux-là ce ne sont pas ces pauvres et ces fainéants montrés du doigt).

Pensez donc à vous renseigner de manière intelligente et à ne pas écouter uniquement les conversations du café du commerce…